Sélectionner une page

Le Gouvernement passe en force la quatrième année de médecine générale dans le PLFSS

En ayant recours au 49.3 pour la partie budget du projet de loi de financement de la Sécurité sociale, le Gouvernement a fait passer en force l’article 23 prévoyant l’ajout d’une quatrième année d’internat de médecine générale. Les syndicats sont vent debout.

Depuis des semaines, les internes et les étudiants en médecine se mobilisent contre le projet du Gouvernement d’ajouter une quatrième année d’internat au DES* médecine générale, prévu dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2023.

Des rencontres avec les élus aux interventions au Parlement en passant par l’organisation de colloques et une grande manifestation qui à réuni plus de 400 étudiants dans les rues de Strasbourg et plus de 2000 à Paris, ils ont multiplié les appels au ministre de la Santé afin de supprimer l’article 23 avant le vote définitif du PLFSS.

Ce qu’il s’est passé ce mercredi 26 octobre

Élisabeth Borne a fait passer en force l’allongement de la formation des futurs généralistes.

Les syndicats espéraient secrètement que l’article 23 soit supprimé du texte définitif, mais la Première ministre n’a pas flanché malgré la menace de grève des étudiants en médecine en stage dans les chu qui débute ce soir et courts jusqu’à la fin du semestre.

“Cet amendement n’a même pas été débattu à l’Assemblée, le Gouvernement dit que cet article 23 répond à des besoins de la population mais au moment où leurs représentants peuvent s’exprimer sur cette mesure qui fait débat, on empêche le débat. C’est lourd de signification« 

dénonce Olivia Fraigneau, présidente de l’Intersyndicale nationale des internes (Isni).

Une possible rémunération différenciée

Le Gouvernement a décidé de créer cette quatrième année d’internat de médecine générale dès la rentrée de septembre prochain, en 2023.

Seule modification : la rémunération.

Le texte précise, en effet, que “la rémunération des étudiants peut faire l’objet d’aménagements spécifiques.

L’Isni et l’Isnar-IMG espèrent que la navette parlementaire, entre une motion de censure, l’examen par le Sénat et le retour du texte à l’Assemblée, leur sera favorable. “On va se battre jusqu’au bout”, promettent-ils. 

médecins
Source EGORA : https://www.egora.fr/etudiants/internat/77236-le-gouvernement-passe-en-force-la-quatrieme-annee-de-medecine-generale-dans