Sélectionner une page

Quatre années d’internat et non plus trois pourront désormais être nécessaires pour devenir médecin généraliste.

Le gouvernement souhaite mettre en place la réforme dès la rentrée 2023 dans le but de favoriser l’autonomie des jeunes médecins et de pallier le manque de praticiens dans les zones sous-denses.

L’année d’internat supplémentaire annoncée, une annonce qui ne passe pas

Un argument qui ne semble pas entendable par les associations étudiantes comme l’ANEMF (association nationale des étudiants en médecine de France), qui juge cette décision « préoccupante, déroutante, inquiétante et aberrante ».

Au total, dix années d’études seront désormais nécessaires pour devenir médecin généraliste, une spécialité qui attire chaque année plus de 3500 étudiants, comme dans la ville de Strasbourg par exemple.

Sylvie Retailleau et François Braun ont confirmé leur volonté d’ajouter une quatrième année d’études pour les internes en médecine générale. Cette dernière année d’internat doit « consolider » leurs compétences en les incitant, notamment, à exercer dans les déserts médicaux.

« Il s’agit ni plus ni moins qu’un déguisement pour une année d’exploitation supplémentaire des internes« , résume l’ISNAR-IMG.

« Nous n’avons déjà pas assez de maîtres de stage pour nous encadrer, en rajoutant une année, les conditions seront encore plus précaires au niveau pédagogique mais aussi financièrement », estime le président de l’intersyndicale. 

https://www.letudiant.fr/etudes/medecine-sante/l-annee-d-internat-supplementaire-en-medecine-generale-annoncee-par-le-gouvernement-ne-passe-pas.html

Une nécessité pour le gouvernement d’Emmanuel Macron qui considère que les futurs médecins généralistes sont les seuls internes à ne pas bénéficier d’une « phase de consolidation […] au cours de laquelle les futurs praticiens peuvent exercer en autonomie supervisée ».

medecin avec un stéthoscope dans la main, fond flou hôpital
Source : https://www.letudiant.fr/etudes/medecine-sante/l-annee-d-internat-supplementaire-en-medecine-generale-annoncee-par-le-gouvernement-ne-passe-pas.html