Sélectionner une page

Institué en 1971, le numerus clausus, désigne la limitation décidée par les autorités du nombre de personnes admises à concourir, ici en médecine, en fonction des besoins jugés utiles pour le pays. 

Dans les années 60, le nombre d’étudiants en médecine augmente considérablement. L’augmentation constante des effectifs d’étudiants en médecine risque en effet à court terme d’avoir un impact non négligeable sur les dépenses publiques. 

Ce n’est qu’avec la loi du 30 juin 1971 qu’est institué le numerus clausus

Les effectifs des étudiants sont alors limités en fonction des capacités formatrices des hôpitaux.

Sur l’idée du neurologue et député LREM (La République en marche, le parti du président Macron) Olivier Véran, on évoluerait vers un  » numerus apertus « , c’est-à-dire un nombre minimum d’étudiants à former par faculté et plus du tout un nombre limité.

Le numerus apertus signifie que le nombre d’étudiants admis dans un établissement sera déterminé par ce même établissement en fonction de sa capacité d’accueil. C’est un numerus qui a pour but de former un certain nombre de professionnels de santé sur 5 ans et qui est modulable chaque année. Les numerus seront redéterminés chaque année par l’’Agence Régionale de Santé et les universités elles-mêmes.

Découvrez ici la capacité d’accueil de l’université de Strasbourg pour chaque filière en 2021.

Nous restons bien, malgré la suppression du numerus clausus, dans une forte sélection. Avec le numerus apertus, la moyenne ne suffit pas, il faut toujours être parmi les meilleurs pour atteindre la deuxième année de Médecine, Dentaire, Pharmacie, Sage-femme ou Kiné. Découvrez les outils mis en place par Exactétudes.

 

POUR PLUS D’INFORMATIONS, CONTACTEZ-NOUS

56, Rue Jacques Kablé 67000 Strasbourg

La prépa est ouverte du Lundi au Vendredi de 8h à 12h et de 14h à 18h, le Samedi sur RDV.